Vous êtes ici

Self-défense : Gestion d'une saisie agressive

Toutes les saisies agressives vont entraîner une perte d'équilibre avec une menace potentielle de suite en frappes ou en amenée au sol. Conseils en vidéo !

Toutes les saisies agressives vont entrainer une perte d'équilibre avec une menace potentielle de suite en frappes ou en amenée au sol.

Il est donc important de respecter les principes simples suivants :

  • Je baisse mon centre de gravité et je travaille ma gestion de l'équilibre sur la pointe des pieds en compensant au maximum la direction des poussées adverses.
  • Si mes bras sont libres, je les monte au niveau visage pour se protéger le cas échéant ou préparer une riposte.
  • En opportunité, dès que je suis stable, je frappe ou je repousse violemment pour faire lâcher la saisie et fuir dans la foulée. Afin de parer les effets négatifs du stress, il faut privilégier les frappes en motricité lourde et faire un enchaînement d'au moins 2 ou 3 frappes sur des zones sensibles différentes (visage, parties, tibia...). Penser à rester protégé derrière ses frappes.
  • Je ne néglige pas le cri : à bout portant, cela déstabilise l'agresseur, alerte les témoins potentiels, et combat les effets négatifs du stress en vous donnant de l'applomb pour enchaîner.

En amont, je n'oublie pas de privilégier l'évitement des situations à risques, et le cas échant j'essaye d'éviter les saisies en négociant et en maintenant une barrière de mes 2 bras en signe d'apaisement. On se déplace tout du long pour élargir son champ de vision et trouver des directions de fuite ou voir s'il y a d'autres menaces.

Je reste bien sûr au maximum dans la légitime défense :

il faut différencier le dragueur qui va trop loin en tentant une saisie légère (se dégager, repousser et fuir), d'un agresseur qui vous secoue pour vous faire tomber (frapper avec détermination pour se dégager et fuir).

Découvrez l'ADAC Grenoble où enseigne Jérémie Blanc